La vie chaotique

de Grothendieck

La vie chaotique de Grothendieck

« Le géant des maths, Alexander Grothendieck ». C’est en ces termes que, ce mardi, lors de la causerie annuelle des Anciennes et Anciens de Simone Weil, Dominique Roux, IGEN honoraire et professeur de mathématiques au lycée de 1978 à 1985, qualifiait le mathématicien né à Berlin en 1928.

Devant un auditoire captivé d’une cinquantaine de personnes, le conférencier retraçait la vie chaotique de cet enfant dont le père, anarchiste, passe sa vie en prison de l'âge de 17 à 27 ans. Alexander, quant à lui, va porter le nom de sa mère et séjourner en familles d’accueil, être interné au camp de Rieucros en Lozère, avant de passer, au Chambon-sur-Lignon, sous la protection du pasteur André Trocmé de 1942 à 45. « Elève ordinaire » il obtient son bac au Collège Cévenol. Puis fréquente (assez peu en réalité) la faculté de Montpellier. Ce qu’il préfère, c’est faire des maths seul. « Bientôt, il intègre groupe Bourbaki. Il est reçu par Jean Dieudonné et Laurent Schwartz qui lui proposent de résoudre deux ou trois problèmes parmi une série de quatorze dont eux-mêmes ne trouvent pas la solution. En moins d'un an Grothendieck a tout résolu. C'est le point de départ de la collaboration du trio d'enfer Grothendieck- Dieudonné- Jean-Pierre Serre qui, de 1956 à 1970, refonde entièrement la géométrie algébrique ».

Médaille Fields en 1966

Sa puissance créative est phénoménale. Grothendieck reçoit la médaille Fields en 1966. Sa vie n’est, cependant, qu’une suite de ruptures : avec ses anciens collègues, ses quatre femmes et ses enfants, « au nombre d’au moins cinq ». Hébergé pendant trois jours au domicile de Dominique Roux au cours de ses études parisiennes, il partira sans un merci!

En 1970 Grothendieck quitte la recherche mathématique pour s'orienter vers une quête de Dieu.

Il se cache alors à Lasserre dans un petit village de l'Ariège où il mène une vie d'ermite, passant son temps à méditer, à écrire beaucoup et à cultiver ses plantes qui sont ses véritables compagnes et confidentes. Il meurt à l'hôpital de Saint-Giron le 13 novembre 2014 après avoir légué à ses enfants ses recherches et

travaux d’un quart de siècle passé à Lasserre. « Il s'agit d'environ 40 000 pages de textes mathématiques, philosophiques, spirituels, qui demanderont des dizaines d'années pour en analyser et en comprendre le contenu ».

Son œuvre immense et féconde a révolutionné les mathématiques, elle a déjà apporté des réponses à des questions très difficiles et fait de lui le plus grand géomètre de tous les temps mais il apparaît aussi comme un des plus grands mystiques du XXème siècle. Un parcours qui n’est pas sans évoquer celui de la philosophe Simone Weil, tous deux se tournent vers le christianisme sans aller jusqu'au baptême, tous deux négligent leur corps en s'imposant des privations alimentaires excessives mais laissent une pensée riche et forte, utile pour l'humanité.

Légende Salle comble pour Dominique Roux

Légende D. Roux, un orateur passionnant

Lien vers nos partenaires

- Cave Moliere

- Librairie Laique

- Maroquinerie LIKA

- Lycée Simone Weil

Le petit journal de Simone

Le petit journal de Simone 7